01 avril 2010

Lectures... lectures...

Sur ma table de nuit :

McGowan2

Un mystère millénaire, une histoire d'amour héroïque, un message divin caché en pleine lumière... Une quête périlleuse sur les traces de l'Évangile perdu de Jésus-Christ. Alors que la talentueuse journaliste Maureen Pascal assure la promotion de son best-seller sur Marie Madeleine dans un hôtel chic de Manhattan, elle reçoit un mystérieux paquet. À l'intérieur, une lettre... écrite de la main d'une jeune comtesse ayant vécu au XIe siècle, la sulfureuse guerrière Matilda de Toscane, qui réclame que lui soit restitué le " livre le plus précieux de l'humanité ". Quel est ce livre ? Comment la lettre de Matilda lui est-elle parvenue ? Et surtout qui suit désormais Maureen où qu'elle aille, assombrissant son enquête d'une lourde menace ? Aidée par sa meilleure amie, l'excentrique Tammy, et secondée par son amant, le très aristocratique Bérenger de Sinclair, Maureen découvre la nature explosive de sa mission : trouver et délivrer le message écrit de la main de Jésus lui-même, caché depuis deux millénaires. De New York à Chartres, des mystères cathares aux intrigues du Vatican, Kathleen McGowan nous entraîne dans un voyage à travers le temps pour nous révéler la plus incroyable des vérités...

Et je viens de terminer un livre reçu de la RTBF. C'est le livre qui a gagné cette année le "concours première" qui prime des premiers romans. 
 

LazarVoici le résumé :

Victor ouvrit un cahier et prit sa plume. Sa main tremblait au moment d'écrire le premier mot du texte qu'il découvrait. D'un geste méthodique et lent, il traça de grosses lettres capitales sur la feuille. Le manuscrit dactylographié en roumain que Victor Luca s'apprête à recopier est un livre interdit car, en cette année 1972, Ceau5escu est au pouvoir et les temps sont à la répression. Pourquoi Victor écrit-il? Pour oublier l'odeur de la mandragore qui émane parfois des corps sans vie de jeunes filles ? Pour combler le vide des jours de solitude et d'enfermement ? En attendant la nuit et ses promesses d'évasion vers la forêt, immense et mystérieuse, toute proche? Peut-être pour trouver la paix, qui tarde à venir.


Voici l'avis de

Th. Bellefroid:

Liliana Lazar est donc sortie haut la main des délibérations du jury du Prix Première. Son livre, "Terre des affranchis", est certes un premier roman, mais c'est une histoire qui vous emmène dans un mélange subtil de fantastique et de réalisme.

       

Dès les premières pages, on sent qu'on a entre les mains un premier roman atypique. Pour commencer, l'auteure ne parle pas d'elle. Nous sommes loin, ici, de la confession autobiographique à peine déguisée. Au contraire, l'univers est volontiers fantastique, plongeant le lecteur dans une écriture qui se veut précise et réaliste pour mieux lui faire accepter sa part d'étrange. En ce sens, s'il fallait rapprocher Liliana Lazar d'un auteur, on aurait envie - en dépit de toutes les différences qui existent entre eux - de choisir Edgar Poe.

La Roumanie rurale. En bordure de forêts. Celle de Bram Stoker. Celle de Ceausescu, aussi. Car le récit prend place pendant la dictature qui s'est achevée dans le sang à la fin des années 80. Des personnages typés, qu'on retient immédiatement, et qui, pourtant, ne sont jamais archétypaux. Ils ont leur force intrinsèque, leur histoire, leur part d'ombre. Mais aucun, même le très sombre Victor, qui a du sang sur les mains, ne nous semble totalement perdu, abject, détestable. Chacun conserve sa part d'humanité et ses espoirs de rédemption.

Dans cette Roumanie d'un autre âge, à la fois si exotique et si proche que décrit Liliana Lazar avec minutie, la chape de plomb du dictateur touche les êtres et les âmes. Tout le monde se méfie de son ombre. Un prêtre résiste. Il tente de perpétuer la parole de ceux qui l'ont précédé, et qui ont écrit des livres jugés séditieux. Saisis, détruits, ces livres n'existent plus qu'en un ou deux exemplaires. Victor, reclus depuis des années dans une maison où veillent sur lui sa sœur et sa mère, recherché par la police pour meurtre, va jouer les copistes et tenter de redonner vie à ces livres interdits. C'est le prix de sa possible rédemption.

Roman politique, roman fantastique, peinture sociale, récit historique, Terre des Affranchis touche à tous les genres à la fois. Et c'est ce qui en fait un premier roman réussi. L'écriture de Liliana Lazar est toute entière au service de son histoire et de ses personnages.

 

Th. Bellefroid


 

Posté par colifab à 10:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lectures... lectures...

Nouveau commentaire